Le Puerh – un thé légendaire

Bonjour,

Vous trouverez en cliquant sur ce lien un article nous parlant de certaines légendes sur le thé puerh.

Nous vous invitons à consulter ce lien et à naviguer sur ce site afin d’y découvrir une panoplie d’information sur le puerh.

Nous vous invitons également à célébrer avec nous le festival du puerh durant le mois de février 2013 en visitant la boutique SEBZ.

 

 

Quel est l’état de votre nerf vague ?

Bonjour,

Un article nous parlant de l’importance du nerf vague.

Lien pour l’article

Nous recommandons de lire l’article à partir du lien donné mais si jamais le lien ne fonctionnait pas, voici une copie de l’article :

Jean-Marc Dupuis
Santé Nature Innovation
mercredi, 23 janvier 2013
Nerf vague description

@ Inconnu

Un système nerveux qui fonctionne bien est important pour le bien-être et la longévité. Les nerfs spinaux, qui sortent de votre moelle épinière, dans votre dos, servent à contrôler la plupart des muscles de votre torse, de vos bras, de vos jambes, ainsi que de vos intestins, votre vessie et vos fonctions sexuelles. Les nerfs crâniens, eux, émergent de votre tête. Il y en a douze paires. Ils contrôlent principalement ce qui se passe sur votre visage et dans votre cou, mais le dixième se prolonge bien au-delà.

Appelé « nerf vague », ce nerf n°10 influence votre corps et votre cerveau beaucoup plus que la plupart des gens ne le réalisent.

La puissance du nerf vague

Le nerf vague contrôle vos cordes vocales, vous permet d’avaler, maintient votre larynx ouvert pour respirer, ralentit le rythme cardiaque (quand c’est nécessaire), démarre et contrôle la digestion, provoque les réactions d’inflammation, influence de nombreuses glandes endocriniennes, c’est-à-dire les glandes qui produisent des hormones, ces précieux liquides qui influencent les fonctions vitales : glandes surrénales (hormones du stress), thyroïde, pancréas, qui produit l’insuline qui régule le sucre sanguin et le stockage des graisses.

80 à 90 % des fibres du nerf vague servent à envoyer de l’information de vos organes et de votre système digestif vers votre cerveau. Il relaye l’information provenant du « système nerveux entérique », ou « second cerveau », constitué de 200 millions de neurones le long des intestins, et qui sert à contrôler la digestion.

Les recherches sur le nerf vague et ses effets sur le corps et le cerveau ont révélé qu’il était important que ce nerf soit toujours en bon état, et que stimuler son fonctionnement améliore l’état de santé général. Lire la suite

Les OGM sont de véritables poisons selon une étude financée par Auchan et Carrefour

Bonjour,

Un article nous donnant les effets pervers des OGM.

Lien pour l’article

Nous recommandons de lire l’article à partir du lien donné mais si jamais le lien ne fonctionnait pas, voici une copie de l’article  :

Le Journal du Siècle
mer., 19 sept. 2012

Imprimer
Des chercheurs français ont étudié secrètement, pendant deux ans, 200 rats nourris au maïs transgénique. Tumeurs, pathologies lourdes… une hécatombe. Et une bombe pour l’industrie OGM.C’est une véritable bombe que lance, ce 19 septembre à 15 heures, la très sérieuse revue américaine « Food and Chemical Toxicology » – une référence en matière de toxicologie alimentaire – en publiant les résultats de l’expérimentation menée par l’équipe du français Gilles-Eric Séralini, professeur de biologie moléculaire à l’université de Caen. Une bombe à fragmentation : scientifique, sanitaire, politique et industrielle. Elle pulvérise en effet une vérité officielle : l’innocuité du maïs génétiquement modifié.

Même à faible dose, l’OGM étudié se révèle lourdement toxique et souvent mortel pour des rats. A tel point que, s’il s’agissait d’un médicament, il devrait être suspendu séance tenante dans l’attente de nouvelles investigations. Car c’est ce même OGM que l’on retrouve dans nos assiettes, à travers la viande, les œufs ou le lait.

En 2006, c’est comme un véritable thriller que commence cette recherche, dont le maître d’œuvre, Gilles-Eric Séralini, divulgue lui-même les conclusions dans un ouvrage à paraître la semaine prochaine (« Tous cobayes ! », Flammarion, en librairie le 26 septembre). Lire la suite

La vitamine D pourrait accélérer la cicatrisation des plaies

Bonjour,

Un article nous donnant les effets bénéfiques de la vitamine D.

Lien pour l’article

Nous recommandons de lire l’article à partir du lien donné mais si jamais le lien ne fonctionnait pas, voici une copie de l’article  :
.

Vit D illustration

Des chercheurs Brésiliens ont voulu examiner le lien entre le taux de vitamine D dans le sang et la vitesse de cicatrisation. Ils ont étudié 52 malades âgés en moyenne de 57 ans dont la moitié était touchés par des ulcères aux jambes.

Leur taux de vitamine D a été mesuré au début, pendant et à la fin de l’étude. Au début de l’étude presque tous les participants avaient un déficit en vitamine D, les chercheurs ont donc administré de la vitamine D (50 000 UI par semaine) à la moitié des personnes touchées par un ulcère et un placebo aux autres.

Au bout de deux mois la taille de l’ulcère est passée de 25 cm² à 18 cm² pour le groupe ayant pris de la vitamine D contre 27 cm² à 24,5 cm² pour le groupe ayant pris le placebo. Les chercheurs expliquent que le bénéfice apparaît encore plus marqué lorsqu’on tient compte des grandes variations des tailles des ulcères et concluent que la vitamine D semble accélérer la cicatrisation. Lire la suite

Lait d’amandes

Bonjour,

Voici une recette simple et facile à faire qui vous permettra d’avoir toujours du lait d’amandes frais.

Ingrédients (pour 1 tasse de lait) :

  • 1/4 tasse d’amandes
  • Une pincée de sel marin

L’ amande

Bonjour,

Voici certains bienfaits de l’amande pour son bon gras, fibres, protéines tels que publiés dans l’article de passeportsanté.

On accorde une grande importance à l’amande pour son contenu élevé en phytostérols, en acides gras mono-insaturés, en protéines végétales, en fibres solubles, en vitamines et en minéraux.

Acides gras insaturés. Plus de la moitié des lipides contenus dans l’amande sont des gras mono-insaturés, plus particulièrement l’acide oléique que l’on retrouve également dans l’huile d’olive et de canola. Une étude effectuée auprès de plus de 80 000 femmes suivies durant une période de 14 ans a révélé que la consommation d’acides gras mono-insaturés était reliée à une diminution du risque de maladies cardiovasculaires. De plus, une méta-analyse portant sur 27 essais cliniques publiés entre 1970 et 1991 illustre une augmentation du cholestérol-HDL (« bon » cholestérol) lorsque les glucides sont en partie remplacés par des gras mono-insaturés dans l’alimentation, tandis que cette substitution ne modifie pas le taux de cholestérol LDL. Lire la suite